Poussière Temporelle

Je recherche des administrateurs et modérateurs pour assurer l'activité du forum.

Derniers sujets

» [études de cinéma] Lycée Guist'hau (Ciné-Sup)
par emirkusturica Mer 28 Aoû - 1:21

» Que lisez-vous ?
par Ouroboros Lun 10 Mai - 11:30

» Le Bar du Piaf
par Khärynn Lun 4 Jan - 0:34

» District 9 - Neill Blomkamp
par Khärynn Lun 21 Sep - 21:06

» Qui sera le dernier debout ?
par Khärynn Mer 26 Aoû - 0:14

» Brefs commentaires et recommandations sur les films en salles...
par Ponpon Dim 5 Juil - 19:10

» Décès de Bill
par El Nautolan Ven 19 Juin - 18:43

» Jusqu'en enfer - Sam Raimi
par Marushka Ven 19 Juin - 17:48

» Terminator Renaissance
par Malie Mar 16 Juin - 11:23

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le Mer 28 Aoû - 1:36


    Kendell Geers

    Partagez
    avatar
    Lohyk
    Soyez indulgents, je suis nouveau !

    Masculin
    Nombre de messages : 15
    Age : 41
    Localisation : Est
    Points : 3428
    Date d'inscription : 03/01/2009

    Kendell Geers

    Message par Lohyk le Mar 13 Jan - 21:17

    Comme j'en avais parlé, je vous fais une petite présentation de Kendell Geers à partir d'infos glânées ça et là sur le net. Dans un deuxième post je parlerai de l'expo que j'avais vue avec quelques photos (c'est à vrai dire ce que j'avais voulu faire dimanche mais ça a planté et pas moyen de récupérer le post énorme que j'avais tapé)


    Kendell Geers - Auto-description:
    « Je suis un Africain blanc vivant dans une époque où des gens armés de lames de rasoir peuvent s’écraser dans les plus puissants bâtiments du monde, où 15 millions de personnes en Afrique du Sud ont le SIDA, une époque où les États-Unis peuvent déclarer la guerre contre l'Irak sans autre raison que l'accomplissement de leur propre désir, une époque où la pollution provenant des États-Unis cause des inondations et des sécheresses en Europe, en Australie. Je vis dans une époque où Contradiction, Vérité, Désir, Passion et Anarchiste ne sont rien de plus que des noms de parfums. J'habite dans un âge de reproduction numérique, où la vérité ne se trouve plus dans une image, où chaque image peut être modifiée et falsifiée, et n'importe qui peut être effacé ou inséré dans l’histoire. »






    Né à Johannesburg, Kendell Geers a pour commencer choisi de falsifier volontairement sa date de naissance devenue l'année 1968, marquant ainsi son entrée dans la vie par un événement révolutionnaire. Il faut préciser que la biographie de l'artiste est déjà un petit aperçu de ce que peut être la radicalité dans la rébellion. Issu d'une famille de colons Afrikaners, il rejette très tôt les valeurs qui ont présidé à la mise en place de la politique ségrégationniste d'Apartheid en Afrique du Sud en militant dans l'opposition au régime. Un front du refus qui se solde, après sa décision de ne pas faire son service militaire, par une expulsion du pays.


    Il part ensuite à New York rejoindre l'équipe du plasticien Richard Prince, lui-même déjà engagé à s'approprier et à subvertir les codes de la société WASP américaine. Le crépuscule des idoles a donc débuté avec l'arrivée de Kendell Geers dans l'arène du monde artistique ; à l'image de l'œuvre éponyme de l'artiste qui fait référence à un ouvrage de Nietzsche : un Bouddha empaqueté dans un ruban de signalisation rouge et blanc. Une forme d'avertissement de la part de l'artiste contre tous les veaux d'or culturels ou religieux. N'a-t-il pas uriné dans la célèbre Fontaine en 1993 en hommage iconoclaste à Marcel Duchamp ?



    Geers interroge les pulsions destructrices de l'homme et explore avec force l’effondrement des systèmes de croyance et des idéologies en utilisant tous les matériaux possibles : des images pornographiques, mais aussi des figures emblématiques de l’Histoire de l’art (telle que la Victoire de Samothrace) ou de l’Histoire des religions repeintes avec le motif Fuck, en passant par des installations faites de fils de fer barbelés ou de matraques. Il explore ainsi en permanence les limites sociales, pour les interpréter sous une forme artistique très personnelle.Kendell Geers se définit comme un «terroriste» dans le champ de l’art et revendique la nécessité de prendre position. Il explore et critique notre monde de manière frontale en mettant en garde contre l’aliénation que peuvent engendrer les objets, les images et les situations de notre quotidien. Ce positionnement critique ne repose pas sur une vision manichéenne mais sur une mise en doute répétée des principes de bien et de mal, notions selon lui dépassées, et sur l’affirmation de leur possible réversibilité. Centré sur des problématiques morales ou politiques, Kendell Geers s’interroge sur le contexte de l’art, ses modes et ses effets, sur l’institution et ses acteurs.


    avatar
    Lohyk
    Soyez indulgents, je suis nouveau !

    Masculin
    Nombre de messages : 15
    Age : 41
    Localisation : Est
    Points : 3428
    Date d'inscription : 03/01/2009

    Re: Kendell Geers

    Message par Lohyk le Lun 19 Jan - 23:51

    Sur l'expo :

    'Irrespektiv' s'inscrit dans une vaste rétrospective consacrée à Kendell Geers. Le titre de l'exposition, en parodiant le mot 'rétrospective', donne d'emblée le ton en l'inscrivant sous le signe de l'insolence et de la provocation. Geers y explore les limites de l'homme, qu'elles soient géographiques, linguistiques, politiques, sociales, sexuelles ou psychologiques et questionne le spectateur sur ses propres frontières intérieures, utilisant les armes de la sexualité, de la violence et de la peur.

    Geers préfère utiliser la profanation pour décrire le sacré, en détournant les attentes. La banale obscénité est transformée en un complexe mantra visuel de méditation et de contemplation.

    En maître dans l'art de masquer ses propres méthodes et d'effacer ses traces, le travail de Geers exige plus qu'un simple coup d'oeil et un plus grand effort qu'un unique passage. Le visuel n'est rien de plus qu'une porte d'entrée qui exige d'être frappé dans le but d'obtenir l'entrée. L'oeuvre d'art est un portail qui, comme le sphinx à la question de l'Oedipe, exige une réponse avant que l’initiation puisse commencer.




    Entrée de l’expo, portique en barbelés et labyrinthe : ça m'inspire le fait d'aller au delà des entraves du religieux, l'importance de trouver son propre chemin au risque de se blesser...les objets coupants sont assez présents dans l'expo





    Au milieu de l’expo : couloirs et sacs mortuaires (possiblement une réflexion sur le sens de la vie jalonnée par la mort quelque soit la direction...une réflexion possible sur le déterminisme également)







    Matraques recouvertes de feuilles d’or





    Annunciation - détournement de l’expression populaire Holy fuck en Fuck holy blasphématoire





    Auto – Da-Fé – aussi qualifié monument à l’anarchiste inconnu si ma mémoire est bonne

    La présence répétitive de barbelés ou de verre brisé symbolise pour l'auteur la part active, dangereuse de l’œuvre d’art



    Exemple du motif Fuck, utilisé pour repeindre des statues (Buddhas, crucifix, etc)





    Autoportrait et motif fuck





    Language sex violence – partie d’une série mêlant images pornographiques et taches d’encre dont notamment une ou plusieurs intitulées la Vierge



    L’envie – partie des 7 péché capitaux - néons à lumière blanche dans une salle noire



    une oeuvre non présente à l'expo mais intéressante :

    Believe : croire – Lie : mensonge



    The terrorist (hors expo aussi)



    Voila donc ces quelques exemples : minimalistes, sans fioritures pour aller à l'essentiel avec le fond et la forme étroitement liées pour exprimer le message avec le plus de force.

    En espérant que c'était suffisant pour susciter l'éventuel intérêt de quelques personnes Smile

      La date/heure actuelle est Jeu 24 Mai - 9:18