Poussière Temporelle

Je recherche des administrateurs et modérateurs pour assurer l'activité du forum.

Derniers sujets

» [études de cinéma] Lycée Guist'hau (Ciné-Sup)
par emirkusturica Mer 28 Aoû - 1:21

» Que lisez-vous ?
par Ouroboros Lun 10 Mai - 11:30

» Le Bar du Piaf
par Khärynn Lun 4 Jan - 0:34

» District 9 - Neill Blomkamp
par Khärynn Lun 21 Sep - 21:06

» Qui sera le dernier debout ?
par Khärynn Mer 26 Aoû - 0:14

» Brefs commentaires et recommandations sur les films en salles...
par Ponpon Dim 5 Juil - 19:10

» Décès de Bill
par El Nautolan Ven 19 Juin - 18:43

» Jusqu'en enfer - Sam Raimi
par Marushka Ven 19 Juin - 17:48

» Terminator Renaissance
par Malie Mar 16 Juin - 11:23

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le Mer 28 Aoû - 1:36


    La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Partagez
    avatar
    Ouroboros
    Petit Padawan

    Masculin
    Nombre de messages : 60
    Age : 27
    Localisation : Cergy
    Points : 3549
    Date d'inscription : 31/10/2008

    La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par Ouroboros le Sam 29 Nov - 22:53

    Outre mon sujet de philo pour mardi prochain dont je viens de finir le plan, c'est aussi une question qui, quand on s'y penche un peu, présente un grand intérêt.

    Certes, il est assez évident de répondre que non, la présence d'autrui ne permet pas d'éviter la solitude, car si l'on n'est pas physiquement seul, on peut se sentir très seul moralement, du fait de la désaffection des autres pour soi, de leur mépris, ou de leur indifférence. Je pense ne pas trop me tromper en disant que chacun de nous s'est déjà senti seul au milieu d'une foule, comme s'il n'existait pas, s'il était transparent aux yeux des autres, qui semblaient pourtant ne pas être seuls, eux, qui semblaient être tous ensemble, et ce sentiment allait parfois jusqu'à se sentir épié de toutes parts par cette foule grouillante et grondante, qui semblait ne pouvoir se finir nulle part et être belliqueuse à l'encontre de chacun de nous uniquement, comme s'ils s'étaient ligués pour nous détruire, nous, l'individu seul.

    Cette question ne se pose finalement que peu, car tout le monde a pu constater que la réponse n'était pas positive, loin de là, mais se pose deux autres questions : quel rôle joue autrui dans mon sentiment de solitude, et autrui est-il nécessaire à ma solitude ?
    avatar
    brainwashed
    Ministère poussièréen de l'immigration

    Masculin
    Nombre de messages : 329
    Age : 29
    Localisation : Paris - Romans
    Points : 3766
    Date d'inscription : 16/06/2008

    Re: La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par brainwashed le Dim 30 Nov - 14:13

    Ouh, ta dernière question est celle qui me chatouille le plus, j'aurais effectivement gratté de ce côté là.
    Il est clair qu'une chose pensante (oublions le physique pour le moment), quelle qu'elle soit ne se rendrait jamais compte de sa solitude si elle n'avait jamais rencontré aucune autre forme de pensée en vis-à-vis.
    Ton sujet induit un fait: "la présence d'autrui évite la solitude".

    C'est là que réside le problème philosophique à résoudre (selon moi).
    avatar
    Ouroboros
    Petit Padawan

    Masculin
    Nombre de messages : 60
    Age : 27
    Localisation : Cergy
    Points : 3549
    Date d'inscription : 31/10/2008

    Re: La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par Ouroboros le Dim 30 Nov - 14:48

    Personnellement, je dirais que c'est paradoxalement par autrui que nous sommes seuls.

    Je vais prendre deux cas (dont un vu en cours, mais qui est un bon exemple doublé d'un cas d'école).
    D'abord, si on prend le cas des "enfants sauvages", qui n'ont jamais été réellement socialisés, on ne peut pas dire qu'ils sont seuls en l'absence de quiconque, puisqu'ils n'ont, théoriquement, jamais connu la présence d'autrui. Ils ne savent pas ce qu'est cette présence, il leur est donc impossible de se sentir seuls. Il n'y a pas de manque sur un besoin contingent inconnu (enfin, je pense, c'est discutable).

    On peut ici dire que l'absence d'autrui ne rend pas seul si l'on a jamais connu d'autrui, puisque la solitude est un ressenti de manque (pour un objet contingent, bien entendu, il n'en est à mon avis pas de même pour un besoin nécessaire, dont la résolution est à mon sens instinctive. Le nourrisson qui tête peu de temps après la naissance, par exemple), et que l'on ne manque que si l'on a connu l'objet du manque.

    Ensuite, le cas de Robinson (Vendredi ou les limbes du Pacifique, Michel Tournier) que, je pense, vous connaissez tous, au moins par une des nombreuses adaptations qui en ont été faites. Un récit assez entraînant, bien que parfois un peu malsain, je trouve.
    Bref, on peut à mon avis noter deux choses :
    D'une, Robinson est seul à son arrivée sur l'île, car tous ses compagnons sont morts, et qu'il se retrouve seul en l'absence des autres qu'il a longtemps côtoyés (il doit avoir 25 ans environ, si je me souviens bien). C'est donc l'absence de ceux qu'il a connus qui fait qu'il est seul, pas sa solitude "matérielle".
    De deux, il finit par créer autour de lui une société pour ne pas sombrer, et c'est par cette société qu'il arrive à survivre, et à ne pas s'enferrer dans sa solitude. On pourrait presque aller jusqu'à dire qu'autrui (qu'il a crée partout autour de lui en parlant aux arbres, rocher, plantes, animaux, en se donnant un grand nombre de charges administratives et exécutives, et en s'imposant un temps, ce dernier point me semble fondamental) lui permet d'éviter la solitude par sa présence.

    On arrive donc à une double contradiction : il est seul, pourtant il ne l'est pas. Il n'est pas seul, pourtant il l'est.

    Je suis pas clair, là, je crois.
    avatar
    Camille
    Padawan

    Masculin
    Nombre de messages : 210
    Age : 29
    Localisation : Paris
    Points : 3770
    Date d'inscription : 19/05/2008

    Re: La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par Camille le Dim 30 Nov - 22:19

    Tout cela me rappelle vaguement des sujets déjà traités. Mais soit. Je citerais mon prof de philo qui dit: "On peut tout faire en groupe, sauf être intelligent." A méditer - seul, de préférence.
    J'ajouterai: la présence de soi-même suffit-elle à la solitude?
    avatar
    pilla
    Padawan

    Féminin
    Nombre de messages : 135
    Age : 28
    Localisation : nanterre
    Points : 3713
    Date d'inscription : 23/05/2008

    Re: La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par pilla le Ven 5 Déc - 18:18

    chouette je peux sortir de mon explication de texte de hegel pour retourner à des sujets plus abordables ! bonheur =)

    non pas que je sois particulièrement sartrienne mais j'aurais tendance à penser que l'homme -étant proprement homme ce qui écarte du coup le contre-exemple des enfants sauvage- n'est pas seul, jamais. "autrui, pièce maîtresse de mon univers" écrit justement tournier dans son livre. que l'autre soit présent ou absent de fait c'est bien à lui que nous pensons le plus souvent, s'il nous manque et n'est par définition pas là la conscience même de ce manque nous le rend présent et fait que nous ne sommes pas seuls, ma question serait alors comment faire pour être seul et demeurer quand même humain ? a priori je dirai que c'est impossible mais si vous avez des idées n'hésitez pas !

    camille, je dirais que même l'homme dans la construction de son intelligence n'est pas seul. si l'intelligence vient du fait que l'homme est conscient de lui-même, conscience signifiant chez bergson mémoire et anticipation, c'est-à-dire la conscience d'un passé et d'un avenir, l'homme s'apparaît, il me semble, nécessairement multiple à lui-même puisqu'il est en même temps un être qui fut, un qui sera et qui changeant à chaque instant n'est jamais le même ; il se prend comme objet, s'analyse lui-même et n'est déjà plus ce qu'il appréhende pour pouvoir se faire.
    l'homme n'étant jamais seul puisqu'il est toujours plusieurs en lui-même, comment pourrait-il espérer se trouver seul par rapport aux autres ?

    je sais pas si j'ai été très clair là en fait... désolée :s
    avatar
    Camille
    Padawan

    Masculin
    Nombre de messages : 210
    Age : 29
    Localisation : Paris
    Points : 3770
    Date d'inscription : 19/05/2008

    Re: La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par Camille le Sam 6 Déc - 14:24

    Il n'y a que les schizophrènes qui ne soient pas seuls en eux-mêmes.

    Je veux bien comprendre que l'on soit un être multiple aux "cents physionomies différentes" -oui, je peux aussi faire des citations -, mais ça n'empêche pas qu'on reste seul avec nos différents aspects: moi passé, moi présent, moi là et par ici la monnaie.

    Comme je les déjà dit ailleurs, ou pas, enfin, je ne sais plus, l'homme nait et vit dans la solitude la plus totale parce qu'il est justement seul à ressentir et à penser en lui, pour lui et à partir de lui. Ce sont ses sentiments, ses idées, ses angoisses, ses plaisirs. Cela ne se communique pas. L'idéal serait que l'autre, soit, plus qu'un miroir, une fusion avec soi. Et c'est, à mon avis, dans un enfant que s'expriment justement les solitudes réunies de deux êtres... en une troisième solitude, laquelle cherchera elle-même à fusionner avec une autre, etc... etc... c'est ce qu'on appelle la vie.
    avatar
    pilla
    Padawan

    Féminin
    Nombre de messages : 135
    Age : 28
    Localisation : nanterre
    Points : 3713
    Date d'inscription : 23/05/2008

    Re: La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par pilla le Lun 8 Déc - 23:54

    toi tu aurais la prétention de savoir ce qu'est la vie ? et sans modalisation aucune ? il fallait oser ^^!

    mais voilà que tu parles des sentiments de l'individu, ses idées, ses angoisses, ses plaisirs sauf que je pense que tout cela est constitué par la société, donc par d'autres que lui mais des autres qui n'en sont pas moins en lui de fait. peut-être qu'il n'en a pas conscience, sûrement d'ailleurs, mais voilà pourtant bien ce qu'il en est à mon sens.

    pour ce qui est de l'incommunicable je pense que cela affirme davantage la présence de l'autre que son absence ; une présence qui pose problème certes mais une présence tout de même. c'est parce qu'il ne peut être seul avec lui-même, sans toujours vouloir tendre vers l'autre, un autre qu'il n'atteint peut-être pas mais qu'il sait pourtant être là : frustration permanente ! c'est pour cela qu'il souffre et non pas tant à cause d'une solitude qui serait, selon moi, la bienvenue ! mais si le sentiment de la solitude demeure c'est bien qu'il faut toujours un autre que nous pour être seul... une aporie ?
    avatar
    Camille
    Padawan

    Masculin
    Nombre de messages : 210
    Age : 29
    Localisation : Paris
    Points : 3770
    Date d'inscription : 19/05/2008

    Re: La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par Camille le Mar 9 Déc - 23:00

    Oui, MOI, j'ai la prétention de. Je suis très très prétentieux, tu sais.
    C'est un effet secondaire de la solitude, ça aussi.
    Alors maintenant, un être est conditionné dans ce qu'il a de plus intime par cette abstraction que serait la "société"? S'il craint le noir, la nuit, s'il angoisse de son avenir, ce n'est pas par la présence d'autrui; s'il s'émerveille d'un paysage, s'il conçoit du plaisir dans la dégustation d'un repas; s'il réfléchit sur le monde, s'il conçoit des idées, des images, des symboles et des concepts, est-ce encore le fait de la société? Certes, certains sentiments nécessitent la présence d'autrui... ou son absence seule parfois suffit... l'amour ne nait pas seul, ni la mort. On est content d'être avec des amis, on est triste de les quitter. On échange des idées, on élabore des projets.
    Ainsi la société serait plutôt le rassemblement de solitudes qui se retrouvent pour... ne pas être seules. Elles communiquent, tissent des liens, échangent, partagent, créent, pour dépasser ou sublimer leur solitude intime.

    Pour ce qui est de ton aporie, moi je préfère les pates, et je te renvoie à ce que j'ai dit ailleurs sur l'incommunicabilité. Ne mélange pas les deux: l'incommunicable résulte de la solitude; ce n'est pas la solitude. Comme tu le dis toi-même, cela témoigne de l'autre, donc déjà, il y a une présence. Frustration, oui, mais il faut la dépasser, admettre qu'on ne peut rien partager intimiment voire, je vais sortir un gros mot, ontologiquement, qu'on est seul en soi mais qu'avec l'autre, qui serait un miroir, ou un vitre (!) on est déjà moins seul - puisqu'on est deux, puisque l'on est ensemble, et que l'on peut construire quelque chose qui soit le début d'une société - c'est à dire l'oubli ou la métamorphose de la solitude, de l'absence, en présence.

    Contenu sponsorisé

    Re: La présence d'autrui suffit-elle à nous éviter la solitude ?

    Message par Contenu sponsorisé


      La date/heure actuelle est Ven 20 Juil - 1:59