Poussière Temporelle

Je recherche des administrateurs et modérateurs pour assurer l'activité du forum.

Derniers sujets

» [études de cinéma] Lycée Guist'hau (Ciné-Sup)
par emirkusturica Mer 28 Aoû - 1:21

» Que lisez-vous ?
par Ouroboros Lun 10 Mai - 11:30

» Le Bar du Piaf
par Khärynn Lun 4 Jan - 0:34

» District 9 - Neill Blomkamp
par Khärynn Lun 21 Sep - 21:06

» Qui sera le dernier debout ?
par Khärynn Mer 26 Aoû - 0:14

» Brefs commentaires et recommandations sur les films en salles...
par Ponpon Dim 5 Juil - 19:10

» Décès de Bill
par El Nautolan Ven 19 Juin - 18:43

» Jusqu'en enfer - Sam Raimi
par Marushka Ven 19 Juin - 17:48

» Terminator Renaissance
par Malie Mar 16 Juin - 11:23

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le Mer 28 Aoû - 1:36


    Eraserhead - David Lynch (1976)

    Partagez
    avatar
    S.
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 978
    Age : 29
    Localisation : Paris
    Points : 2147487610
    Date d'inscription : 04/02/2008

    Eraserhead - David Lynch (1976)

    Message par S. le Mer 28 Mai - 23:24

    Eraserhead
    de David Lynch




    Avec Jack Nance, Charlotte Stewart, Allen Joseph

    (interdit au moins de 16 ans)

    Synopsis :
    Un homme est abandonné par son amie qui lui laisse la charge d'un enfant prématuré, fruit de leur union. Il s'enfonce dans un univers fantasmatique pour fuir cette cruelle réalité.






    Une (vieille) interprétation (navré pour la syntaxe, j'ai la flemme de la retoucher ce soir Smile ) : je vois ce film comme une métaphore de la maladie (à la fois organique et psychologique). La maladie d'Henry, qui dans ses derniers moments de folies, repasse sa vie. Je pense que tout se passe dans la tête d'Henry. Le "bébé" représenterai la maladie en elle même, la souche. Lui, entre rêve et folie, lutte en imaginant un autre monde, où il devient maître de tuer les vers, le support qui transmet la maladie. La ville, les pièces, se sont des organes, parcourus de tuyaux veineux. Le désespoir le submerge, lorsque sa femme, lassée par sa maladie, le trompe avec un autre ( la voisine représenterait sa femme épanouie). L'homme des machines, ce serait l'image d'Henry (le vrai malade, qui lutte, et qui essaie de garder les commandes)
    D'ailleurs, la seule issue, pour arrêter la maladie, c'est le suicide. En somme, s'avouer vaincu, d'où peut être cette tristesse palpable, à la fin, lorsqu'il découpe le prématuré.
    avatar
    Stu
    Petit Padawan

    Masculin
    Nombre de messages : 78
    Age : 28
    Localisation : Paris
    Points : 3855
    Date d'inscription : 20/05/2008

    Re: Eraserhead - David Lynch (1976)

    Message par Stu le Jeu 29 Mai - 0:09

    Je n'ai pas du tout saisi cette interprétation quand j'ai vu le film, et je ne saurais pas poser de mots pour décrire le mélange d'horreur et de fascination qu'il m'a inspiré, mais toujours est-il que ça m'a vraiment marqué.

    Merci S de me l'avoir montré Very Happy

      La date/heure actuelle est Lun 10 Déc - 7:46