Poussière Temporelle

Je recherche des administrateurs et modérateurs pour assurer l'activité du forum.

Derniers sujets

» [études de cinéma] Lycée Guist'hau (Ciné-Sup)
par emirkusturica Mer 28 Aoû - 1:21

» Que lisez-vous ?
par Ouroboros Lun 10 Mai - 11:30

» Le Bar du Piaf
par Khärynn Lun 4 Jan - 0:34

» District 9 - Neill Blomkamp
par Khärynn Lun 21 Sep - 21:06

» Qui sera le dernier debout ?
par Khärynn Mer 26 Aoû - 0:14

» Brefs commentaires et recommandations sur les films en salles...
par Ponpon Dim 5 Juil - 19:10

» Décès de Bill
par El Nautolan Ven 19 Juin - 18:43

» Jusqu'en enfer - Sam Raimi
par Marushka Ven 19 Juin - 17:48

» Terminator Renaissance
par Malie Mar 16 Juin - 11:23

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le Mer 28 Aoû - 1:36


    Le premier venu - Jacques Doillon

    Partagez
    avatar
    S.
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 978
    Age : 29
    Localisation : Paris
    Points : 2147487533
    Date d'inscription : 04/02/2008

    Le premier venu - Jacques Doillon

    Message par S. le Dim 17 Fév - 20:14

    Le premier venu, de Jacques Doillon



    Date de sortie : 02 Avril 2008
    Réalisé par Jacques Doillon
    Avec Gérald Thomassin, Clémentine Beaugrand, Guillaume Saurrel
    Film français.
    Genre : Drame
    Année de production : 2007




    Synopsis :

    La fille a une vingtaine d'années, elle est issue d'un milieu bourgeois. Elle cherche à donner un peu de lumière et de légèreté à sa vie, qu'elle voit comme très insuffisante et inutile. Sans l'intensité qui lui est nécessaire.
    Elle décide de donner son amour. Pas au plus séduisant, ni au plus méritant ou au plus admirable, non, ceux-là n'ont pas besoin d'elle, elle donnera son amour au " premier venu ".


    Je ferai peut-être une véritable critique sur ce film que j'ai vraiment apprécié. Après avoir été déçu par Le Petit Criminel, je m'attendais à un film très moyen. Et j'ai été séduit. En attendant, je vous fais partager cette critique que j'ai trouvé à la fois synthétique et vraie :


    Si prolifique jusqu'à la fin des années 90, l'un de nos cinéastes les plus précieux et obstinés, peine aujourd'hui à trouver des financements. Son dernier film, Raja, remonte déjà à 2003. La projection à Berlin de son nouvel opus, Le Premier venu, est donc un petit événement, même si Doillon -qui n'est pourtant pas le premier cinéaste venu- doit se contenter d'une sélection dans une section parallèle, le Forum, grosso modo l'équivalent allemand de la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes. Mais venons-en au film lui-même. Comme souvent chez Doillon, c'est l'histoire d'un trio désaccordé. Camille, un peu garçonne, un peu boudeuse, décide de s'attacher au "premier venu". Ca tombe sur la pomme de Costa (Gérald Thomassin, le Petit criminel), un peu mauvais garçon mais pas mauvais bougre, qui ne comprend pas trop ce qui lui arrive. Et puis il y a Cyril, un jeune policier qui aimerait remettre Camille sur le droit chemin -et surtout faire un bout de chemin avec elle. Un flic, un voyou, une fille : on dit juste "une fille", car chez Doillon, les filles, toujours plus fûtées, peuvent jouer tous les rôles, se jouer de tous les codes sociaux et porter tous les masques. Le Premier venu est donc un captivant jeu de rôles (et de langage), un stupéfiant trafic de sentiments. Un film hanté par le théâtre, mais qui respire à pleins poumons, grâce à la fraîcheur des comédiens et à la lumière de la Baie de Somme, superbement capturée par la chef-op Hélène Louvart.

    Julien Dokhan (pour AlloCiné)
    avatar
    Camille
    Padawan

    Masculin
    Nombre de messages : 210
    Age : 29
    Localisation : Paris
    Points : 3837
    Date d'inscription : 19/05/2008

    Re: Le premier venu - Jacques Doillon

    Message par Camille le Ven 6 Juin - 23:34

    Le premier acteur venu, le premier scénario venu, la première réplique de merde venue ( sur le bescherel) et le premier film venu dans lequel ne jamais investir au risque de donner raison à l'apologie ingnoble des Cahiers.

      La date/heure actuelle est Lun 24 Sep - 20:08