Poussière Temporelle

Je recherche des administrateurs et modérateurs pour assurer l'activité du forum.

Derniers sujets

» [études de cinéma] Lycée Guist'hau (Ciné-Sup)
par emirkusturica Mer 28 Aoû - 1:21

» Que lisez-vous ?
par Ouroboros Lun 10 Mai - 11:30

» Le Bar du Piaf
par Khärynn Lun 4 Jan - 0:34

» District 9 - Neill Blomkamp
par Khärynn Lun 21 Sep - 21:06

» Qui sera le dernier debout ?
par Khärynn Mer 26 Aoû - 0:14

» Brefs commentaires et recommandations sur les films en salles...
par Ponpon Dim 5 Juil - 19:10

» Décès de Bill
par El Nautolan Ven 19 Juin - 18:43

» Jusqu'en enfer - Sam Raimi
par Marushka Ven 19 Juin - 17:48

» Terminator Renaissance
par Malie Mar 16 Juin - 11:23

Qui est en ligne ?

Il y a en tout 2 utilisateurs en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 2 Invités :: 1 Moteur de recherche

Aucun


[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 24 le Mer 28 Aoû - 1:36


    Jourdan ne coulera pas. La Capitale de la chaussure de Luxe est sauvée

    S.
    S.
    Admin

    Masculin
    Nombre de messages : 978
    Age : 30
    Localisation : Paris
    Points : 2147487833
    Date d'inscription : 04/02/2008

    Jourdan ne coulera pas. La Capitale de la chaussure de Luxe est sauvée Empty Re: Jourdan ne coulera pas. La Capitale de la chaussure de Luxe est sauvée

    Message par S. le Jeu 6 Mar - 22:25

    Charles Jourdan confié au fonds d'investissements Finzurich



    Il y a 6 heures
    ROMANS-SUR-ISERE (AFP) — Le tribunal de commerce de Romans-sur-Isère
    (Drôme) a confié jeudi le sort du chausseur de luxe Charles Jourdan au
    fonds d'investissements Finzurich, basé au Costa Rica, qui reprend 130
    salariés et prévoit d'investir 15 millions d'euros.Pour Romans,
    capitale de la chaussure de luxe, traumatisée par les déboires
    successifs de Stéphane Kélian, liquidé en août 2005, et de Charles
    Jourdan, qui a connu trois redressements judiciaires en cinq ans, dont
    le dernier s'est soldé par la liquidation de l'entreprise et le
    licenciement de ses 197 salariés, ce redémarrage est un soulagement."C'est
    un moment extraordinaire (...) c'est fabuleux de savoir que
    l'entreprise va revivre", s'est exclamé le délégué CFE-CGC Gilles Apoix."On
    a un projet qui amène suffisamment d'argent pour reconquérir les parts
    de marché, avec le personnel nécessaire. 130 salariés vont retrouver
    une âme", s'est-il réjoui.Pour emporter la décision, Finzurich,
    immatriculé au Costa Rica mais dont les actionnaires sont basés à
    Madrid, s'est engagé à doter l'entreprise de 5 M EUR de capital, 5 M de
    compte courant et 5 M de ligne de crédit bancaire, a détaillé René
    Renda, le probable futur directeur du site.Ancien directeur des
    opérations de Charles Jourdan, M. Renda a indiqué qu'il espèrait une
    reprise de la production dans six semaines. L'objectif sera "dans un
    premier temps de 40.000 paires par an, avec un objectif à 150.000
    paires par an dans trois ans", a-t-il ajouté.Bénédicte Jourdan,
    petite-fille du fondateur, a également applaudi l'annonce, assurant que
    "Charles Jourdan renaît". "On va retrouver des produits Charles Jourdan
    dans les magasins (...) les salariés vont retrouver leur maison",
    a-t-elle dit.Le secrétaire d'Etat chargé des Entreprises et du
    Commerce extérieur, Hervé Novelli, a assuré à l'AFP que "le groupe
    Finzurich a une bonne surface financière". La décision du tribunal est
    "très positive et un encouragement pour les salariés" du chausseur,
    a-t-il estimé.Toutefois, quelques voix, échaudées par
    l'"aventure" Finalux, précédent propriétaire de Charles Jourdan, se
    sont élevées pour pointer l'origine incertaine des capitaux."On
    espère qu'on ne recommence par la n-ième histoire de Charles Jourdan,
    pour se retrouver dans 18 mois au même stade", a ainsi déclaré Gérard
    Clément, syndicaliste FO, qui menait une offre concurrente, avec
    d'anciens salariés Jourdan."Moi, je ne sais pas comment faire
    pour promettre 130 emplois. Si j'avais pu, croyez moi que je l'aurais
    fait", a-t-il indiqué, alors que son projet prévoyait environ 60
    salariés."On peut toujours promettre d'injecter des fonds.
    J'espère me tromper, mais...", a-t-il poursuivi sans vouloir achever sa
    phrase.Ces doutes ont été balayés par Gilles Apoix qui a
    souligné que les dossiers avaient transité par le ministère de M.
    Novelli. "S'il avait repéré quoi que ce soit de douteux, le dossier
    n'aurait
    pas été choisi", a estimé M. Apoix."Et dans le pire des cas, au moins
    les salariés de Jourdan auront retrouvé du travail pendantdeux ans", a
    conclu le délégué CFE-CGC.M. Novelli s'est déclaré "convaincu" que
    Finzurich "se tiendrait" au chiffre de 130 salariés repris.




    source : AFP.


    Voilà
    qui, a quelques jours des municipales, devrait assurer la réelection du
    maire sortant Henri Bertholet (PS). Dans tous les cas, c'est 130
    salariés sauvés d'un chômage qui semblait il y a quelques semaines
    inéluctables. On regrette évidemment que tous les employés n'aient pu
    être repris. Le soutien local

      La date/heure actuelle est Dim 21 Juil - 14:35